Le mot du Président

Extraits d’interventions d’octobre et novembre 2017 au sujet du lien avec l’enfant décédé

Parce que récemment, nous avons constaté la dépendance d’une maman endeuillée depuis plusieurs années,

Parce qu’il y a 2 ans, une antenne JPV a du fermer car la recherche par un intermédiaire d’un lien avec l’enfant décédé était devenu un sujet omni présent, faisait fuir de nombreuses nouvelles familles, et enfermait ceux qui restaient dans un processus sans issue,

Parce que notre association a 40 ans d’expérience dans l’accueil de parents et frères et sœurs en souffrance,

Parce qu’un psychiatre de renom, Christophe Fauré, mais il n’est pas le seul, nous dit que la pratique recherchée de contacts avec nos défunts bloque notre chemin de retour à la vie,

L’éthique et la charte de l’association sont des repères importants pour le fonctionnement de notre association.

Il nous faut traverser la souffrance du « plus jamais » pour, petit à petit, retrouver le chemin de notre nouvelle vie.

Notre perception du lien intérieur avec notre enfant, notre frère ou notre soeur, évolue pas à pas, au rythme de notre sortie du deuil.

« L’amour est plus fort que la mort »

Elisabeth Scius, présidente nationale

 ****************

Extraits du rapport moral et d’orientation de Mai 2017

En 2016_2017, notre association a continué à vivre et à se développer grâce à chacune des personnes qui y apporte un peu d’elle-même, chacun là où nous sommes, avec parfois un sentiment d’isolement car nous sommes éloignés géographiquement mais oui, nous sommes nombreux à être bénévoles à JPV, des rencontres comme les journées de nationales annuelles (Besançon l’année dernière, Nantes cette année) et l’assemblée générale de ce weekend nous permettent de nous en rendre compte !

Cette année comme les précédentes, le rapport d’activité nous montre le dynamisme collectif de l’association. Merci à chacun de ce qu’il apporte pour que cela soit possible.

JPV, une association d’ENTRAIDE : nous sommes à la fois aidants et aidés, écoutants et écoutés, ce que les spécialistes appellent une relation d’écoute « horizontale » d’échanges entre pairs, à la différence d’une relation d’aide qui s’inscrit dans une dimension « verticale ». Le travail actuel sur nos besoins en formation participe à cette réflexion nécessaire sur l’approfondissement de la spécificité de l’écoute à JPV. Nos groupes de partage et les temps d’échanges informels s’inscrivent dans cette dynamique.

De même, faire confiance à une personne fragilisée en lui proposant de participer au fonctionnement de l’association, (mettre des courriers sous enveloppe ou tenir la comptabilité) c’est lui dire implicitement « Tu es plus que la souffrance qui t’amène à JPV, tu as en toi des ressources sur lesquelles tu peux t’appuyer et que tu peux partager avec les autres. ».

A ce titre, les nouveaux adhérents peuvent très rapidement être sollicités pour participer au fonctionnement de l’association. Cela contribue à la reconstruction de la personne en lui permettant de retrouver l’estime d’elle-même, cela lui permet de lutter contre l’isolement, le repli sur soi qui enferme, puisqu’elle retrouve une place au sein d’un groupe. De plus, cela situe rapidement le nouvel arrivant non pas en position de consommateur d’une aide psychologique gratuite mais comme un acteur au sein de l’association, position déterminante pour permettre des engagements bénévoles plus importants par la suite.

JPV, une association d’ENTRAIDE où chacun, guidé par l’éthique de notre charte, retrouve le chemin de sa vie, dans une relation renouvelée avec l’enfant décédé.

Elisabeth Scius, présidente nationale

 ****************

Juillet 2016

Chaque jour dans le monde, des familles sont endeuillées par le décès d’un enfant. Tous ces Parents, toutes ces Fratries ont à vivre aujourd’hui ce que nous tous, à JPV, nous avons eu à intégrer dans nos vies, la douleur de la séparation physique d’avec ceux qui sont partis trop tôt, avec des sentiments d’incompréhension, de révolte, de culpabilité,…

            A Jonathan Pierres Vivantes, nous nous sentons proches les uns des autres, que nous nous connaissions ou non, et nous souhaitons l’exprimer également à toutes les familles nouvellement endeuillées. La mort de notre enfant ou de notre frère ou de notre sœur, quelles que soient les circonstances de son décès et quel que soit son âge, est une violence pour chacun de nous. Elle provoque une souffrance qui nous bouleverse, nous fait douter ou nous éloigne de nos repères habituels, cette souffrance qui risque de nous enfermer dans un isolement funeste où la vie n’aurait plus jamais de couleur.

            Y a t-il de l’espoir ?

            L’entraide en nous écoutant mutuellement, en bâtissant ensemble des projets au sein de l’association, en échangeant sur le sens de la vie dans le respect des convictions de chacun, c’est ce que nous proposons de vivre à JPV afin que chacun d’entre nous puisse petit à petit repartir sur le chemin de la vie, sur le chemin de sa propre vie, dans laquelle notre enfant, notre frère, notre sœur trouve une nouvelle place. Trouver la force de se relever devient possible.

Mais face à la violence sous toutes ses formes qui émeut des populations entières, où est la place de notre association ?

            Comment ne pas entendre les appels d’apaisements d’Aurélie Monkan-Noubissi et des parents de Jean-Baptiste Salvaing qui, malgré l’assassinat de leurs enfants, nous disent : «  La haine ne servirait à rien, elle ne serait que rajouter un tourment de plus ». Oui, des chemins de paix pour chacun et pour nos sociétés sont possibles. Ils sont à construire chaque jour, ici et maintenant, ensemble, avec toute la richesse de nos diversités.

            En 2018, JPV aura 40 ans. Aujourd’hui toujours, JPV dépasse les clivages d’origines, de classes sociales, de religions ou de convictions. C’est une association ancrée sur la conviction que « L’amour est plus fort que la mort », elle a toute sa place dans notre société actuelle !

Le bureau et la présidente du comité d’éthique de l’ANJPV

 ****************

28 avril 2016

Quelques jours chaque mois, dans la rubrique “Notre actualité”, JPV allume une bougie pour tous les enfants décédés dans le monde, quels que soient leur âge et la cause du décès: avant la naissance, tout-petits, accident, attentat, famine, guerre, homicide, maladie, suicide, … et exprime sa profonde compassion aux familles endeuillées.

 ****************

10 janvier 2016

Chers amis JPV,

En ce mois traditionnel de vœux, nous voulons tout d’abord vous remercier pour tous les messages que vous prenez le temps d’écrire entre parents et frères et sœurs dans vos antennes. Merci pour les courriers et mails que nous avons reçus au siège, nous en avons retenu quelques-uns pour la rubrique « Notre actualité » de ce début d’année sur le site de l’association www.anjpv.org afin de tendre la main aux nouvelles familles endeuillées.

Pour nous tous, ce temps d’échanges invite à prendre du recul sur les difficultés et à rechercher ce qui nous permettra d’éclairer le chemin de nos vies en 2016 :
– la santé assurément, la notre et celle de nos proches,
mais nous savons tous à Jonathan combien elle n’est jamais infaillible,
– être bien entourés et entourer nos proches,
l’amour et l’amitié sont à l’opposé de l’isolement qui enferme,
– trouver l’apaisement dans un lien d’amour renouvelé avec nos enfants, frères, sœurs décédés trop tôt,
– nous ressourcer au contact des autres,
– nous ressourcer dans nos activités favorites,
– nous ressourcer dans les lieux qui nous portent,
– savourer de beaux moments qui réjouissent les cœurs et illuminent les visages,
– partager paix, joie et espérance avec notre entourage, familial, amical, relationnel,

                  c’est ce que nous essayons de vivre à Jonathan lorsque, par nos simples présences et nos engagements dans l’association, nous témoignons que

« L’amour est plus fort que la mort ! »

Elisabeth Scius                        Gérard Jon
Présidente nationale                        Secrétaire général

 *******************

17 novembre 2015

En ces jours de deuil national, nos pensées vont vers toutes les personnes endeuillées d’un proche à la suite de cette terrible violence, en particulier lorsqu’il s’agit d’un enfant, d’un frère, d’une sœur puisqu’à Jonathan Pierres Vivantes, nous sommes tous concernés.

« Vous êtes des praticiens d’humanité » nous a dit André Soutrenon, directeur de la Chronique Sociale, à la fin de nos journées nationales d’octobre*.
Oui, à Jonathan Pierres Vivantes, chacun est invité à être accueilli et à accueillir, à accompagner et à être accompagné, à partager pour retrouver le chemin de sa vie.
Oui, l’accueil mutuel de l’autre permet de trouver, retrouver, des points de repères dans des vies bouleversées par la mort d’un enfant, d’un frère, d’une sœur.
Oui, la solidarité contribue à lutter contre le désespoir.

Et au-delà, oui, la solidarité peut contribuer à prévenir la folie meurtrière de quelques uns.

Alors, osons prendre la main tendue, osons tendre la main,

Elisabeth Scius, présidente nationale

 
* voir les échos des journées nationales JPV d’octobre 2015

 *******************

Vous êtes un papa, une maman, une sœur, un frère, une mamie, un papi en deuil, bouleversé(e) par le drame du décès d’un être si cher. Vous découvrez notre association avec ce site qui vous est ouvert et qui a été conçu par des parents et des frères et sœurs, tous bénévoles et eux-mêmes endeuillés. Ils savent l’immense fardeau que vous portez et combien votre souffrance est extrême. Puissiez-vous trouver un peu de réconfort à travers un texte, un témoignage, une suggestion de lecture… Prenez ce qui vous fait du bien et mettez de côté ce qui vous ne convient pas. Vous pouvez aussi avoir accès au forum et partager votre vécu avec d’autres parents et frères et sœurs endeuillés.

Votre démarche de ne pas rester seul(e) est salutaire car la tentation de l’isolement, du repli est grande dans votre situation. Sachez que vous pouvez aussi joindre l’antenne de l’association la plus proche de votre domicile pour bénéficier d’une écoute (téléphonique ou sur rendez-vous), respectueuse de vos convictions et faite par des parents formés à l’écoute qui ont été éprouvés comme vous. Si vous le souhaitez, vous pourrez ensuite librement participer à la vie de l’antenne.

L’association nationale “Jonathan Pierres Vivantes”  dont le siège est à Paris a été créée en 1978 par Lionel et Jacqueline de Saint Quentin. Elle est reconnue d’utilité publique. Regroupant aujourd’hui près de 1300 familles, elle a une longue expérience de l’accueil et de l’accompagnement de tout parent endeuillé, quelles que soient les circonstances du décès. Quelques deuils comme le suicide, le décès de son unique enfant ou de tous ses enfants font l’objet d’une attention particulière avec sessions animées par des professionnels compétents.

Conformément à ses statuts, l’association se préoccupe aussi du deuil des frères et sœurs, spécifique par rapport à celui des parents et qui n’est hélas! pas toujours pris en compte. Deux sœurs, Nathalie puis Angela, ont porté cet accompagnement de 2001 à 2011. Elles ont collecté une centaine de témoignages que l’on retrouve dans le livre « VIVRE SANS TOI » (éditions Chronique Sociale). Chaque trimestre, dans le bulletin de l’association, sont insérées les ‟pages des frères et sœurs” où sont relatés des témoignages et des actions menées dans certaines antennes (Isère, Lyon, Yvelines, Loiret…). Souhaitons que cette dynamique observée ici et là se généralise !

Bouleversé(e) par ce drame en tant que parent, grand-parent, frère, sœur, vous pouvez être avide de lectures et je vous invite à consulter la bibliographie très fournie. Entre autres, les livres de Christophe FAURÉ : « Vivre le deuil au jour le jour » et « Après le suicide d’un proche » aux éditions Albin Michel sont appréciés.

Vous ne serez pas étonné(e) de lire ou d’entendre ici ou là qu’il est question dans la tragédie qui peut vous submerger de SURVIVRE pour, après un temps plus ou moins long, propre à chacun, REVIVRE. Des parents, des frères et sœurs sont là pour vous prouver que, même si ce défi vous paraît, à juste titre, impossible actuellement, vous pourrez continuer votre chemin si escarpé soit-il car  vous avez poussé une porte pour éviter la solitude « Je ne sais où va mon chemin, mais je marche mieux quand ma main serre la tienne » (Alfred de Musset). Vous découvrirez progressivement la force d’une maxime de  l’association « L’AMOUR EST PLUS FORT QUE LA MORT » comme une maman l’a si bien exprimé dans le texte dont je reprends un extrait:

Toi la présence dans l’absence
Toi la parole dans le silence
Je ne te trouve nulle part
Nulle part ailleurs… que partout      

Au nom de la grande famille de l’association Jonathan Pierres Vivantes et en mon nom personnel, je vous assure de notre soutien le plus fort en union avec nos enfants.                            Claude Provost, président national 2011-2015