Témoignage de Nathalie

Témoignages de frères et sœurs qui s’engagent – avant 2014

« Mon grand frère s’est suicidé il y a 10 ans, il s’est pendu. Il avait 27 ans, il s’appelait Pierre-Philippe. Je pouvais imaginer perdre un frère par accident, par maladie, mais certainement pas par suicide… Neuf mois après, notre tante et notre oncle endeuillés nous ont guidés lors d’une rencontre positive et forte, celle avec d’autres familles touchées par le suicide avec l’association Jonathan Pierres Vivantes. On s’est dit qu’il fallait y aller tous ensemble en famille, c’était notre devoir, notre salut, on a tous entendu la même chose. On a pu parler en toute liberté, sans diplomatie : mes parents avec d’autres parents, mon frère et moi avec d’autres frères et sœurs. Cela a donné un véritable élan, des repères dans le deuil et je peux enfin me dire que c’est normal d’être mal quand on a perdu un frère. C’est un lieu où l’on
est reconnu comme les parents. On apprend surtout à déculpabiliser. Ces rencontres ont été une thérapie pour moi et pour toute la famille.

Avec le recul, j’ai foncé assez vite dans un engagement à l’association JPV pour que d’autres rencontres se fassent pour nous la fratrie, je pense que j’avais besoin d’avoir encore à faire avec mon frère, de faire des choses pour me sauver en son nom, c’était une période de transition primordiale, aujourd’hui ce n’est plus un besoin, je suis plus délivrée. J’ai apprécié le collectif, l’échange avec d’autres comme moi, je n’avais pas envie d’aller parler à une seule personne, un psy ou autre, car je me sentais normale, ce n’était pas mon besoin. De voir des familles debout après ce drame, ça, ça me parlait, car cela pouvait être nous, moi, dans plusieurs années.

Parfois, nous vivons des rencontres avec la présence de professionnels de l’écoute, qui nous aident à échanger et à rebondir, cela me convient tout à fait. »

Nathalie
Responsable groupe frères et sœurs de 2000-2005